Le stress fonctionne par incréments, chacun de nous a un seuil de résistance, l’accumulation nous le fait franchir et alors il y a des dégâts. Admettons que tout le monde sait  tout cela…

Il y a cependant, un facteur qui n’est pas pris en compte ici :

combien de temps êtes-vous capable de supporter la pierre qui vous gêne dans votre chaussure sans craquer ?

L’histoire de ce professeur qui pose la question à ses étudiants illustre bien cette idée

Une psychologue fait les 100 pas dans une salle de cours dispensant une formation sur la gestion du stress à des participants.
Alors qu’elle soulève un verre d’eau, tout le monde s’attend à ce qu’elle leur pose la question du « verre à moitié plein ou à moitié vide« . A la place, le sourire aux lèvres, elle demande : « Combien pèse ce verre d’eau ?«
Les réponses vont de 200 à 500 grammes.
Elle répond : « Le poids absolu n’a pas d’importance. Ce qui compte c’est combien de temps je le tiens en l’air.
Si je le tiens en l’air une minute, ce n’est pas un problème.
Si je le tiens pendant une heure, je vais avoir mal au bras.
Si je le tiens en l’air toute une journée, mon bras va être tout ankylosé voire paralysé.


Dans tous les cas, le poids du verre ne change pas, mais plus longtemps je le tiens en l’air, et plus il devient lourd. »
Elle continue : « Le stress et les inquiétudes dans la vie sont comme ce verre d’eau.
Pensez-y juste un moment et rien ne se passe.
Pensez-y un peu plus longtemps et ils commencent à faire mal.
Et si vous y pensez toute la journée, vous vous sentirez paralysés, incapables de faire quoi que ce soit. »

C’est important de se rappeler de vous détacher de vos sources de stress. Aussitôt que vous pouvez dans la soirée, laissez de côté votre fardeau. Ne le portez pas toute la soirée ni toute la nuit. Pensez à reposer le verre !

Conclusion : octroyez-vous des pauses !

Et vous : comment levez-vous la soupape ? Celle qui vous permet de rester efficace grâce à un peu de sérénité…

Le sport : pédalez pendant 2 heures comme un fou, escaladez le Mont Blanc, tapez dans un sac de sable ? Weekend en amoureux ? Balade dans la campagne ?

Le break bien utilisé est un moyen salutaire de réussite dont votre culpabilité (avec tout ce que je dois faire, je suis déjà tellement en retard, oui mais on me demande des comptes) va tenter de vous détourner.

Plus les enjeux sont importants et plus votre clarté d’esprit l’est également.

A vous de décider

Trouvé sur
http://www.anyideas.net/2013/02/gestion-stress-pessimistes-optimistes/

Related Posts

  1. Les causes de conflits en gestion de projet
  2. LA GESTION DE PROJET : METHODE CLASSIQUE VS AGILES
  3. L’improvisation comme technique de gestion de projet
  4. Stress et travail sont des notions contraires et incompatibles, à moins de décréter l’exploitation !
  5. La vie est-elle plus rose pour les femmes au travail ?