La sociologue Marie-Anne Dujarier publie un livre sur l’inhumanité qui préside à l’utilisation peu scrupuleuse de concepts (dont le Lean) qui peuvent être facteurs de progrès pour les salariés et les entreprises. Le livre obtient, en outre, le prix « du meilleur ouvrage sur le monde du travail ».

Bien sur, ce que l’auteur dénonce est vrai mais que de gâchis. Le concept lui-même est pourtant si utile. C’est vraiment son utilisation qui peut être critiquable. Le point sur cette nouvelle langue d’Esope.

Technocratie et inefficacité

« les « planneurs » [...] sont mandatés pour améliorer la performance des entreprises et des services publics au moyen de plans abstraits, élaborés bien loin de ceux et de ce qu’ils encadrent. Spécialisés en méthodes, ressources humaines, contrôle de gestion, stratégie, systèmes d’information, marketing, finances, conduite du changement, ils diffusent et adaptent des dispositifs standardisés qui ordonnent aux autres travailleurs ce qu’ils doivent faire, comment et pourquoi. » dit la présentation du livre.

Ce qui est en cause ici c’est l’inadaptation de l’outil à la situation, le fait qu’il soit choisi sans tenir compte d’un facteur déterminant : la capacité à réaliser de l’équipe, de l’organisation.

A quoi sert un outil sans stratégie ?

Mais ce n’est pas le seul critère oublié par ces planneurs : la stratégie, la démarche doivent précéder le choix de l’outil : quelle question faut-il résoudre ? Quelle solution pour y parvenir ? Avantages / inconvénients du choix ?

Sans stratégie, pas d’outil qui vaille.

L’équation de chaque entreprise est unique…

Si plusieurs entreprises sont sur un même marché, elles ont chacune leurs ressources, leurs moyens mobilisables, leur culture, leur équipe, leur outil de production spécifique.

Comment penser que les outils peuvent être standard dans ces conditions ?

… Leurs solutions aussi

La mise en garde de Mme Dujarier est vraiment utile

Related Posts

  1. Lean et PME : c’est possible, ils le font
  2. Lean et PME : c’est possible, ils le font
  3. L’humain au cœur des objectifs 2013
  4. L’humain au cœur des objectifs 2013
  5. Réduction des coûts : le sport aussi