De très nombreux experts et tous nos hommes politiques invoquent et appellent la croissance pour le bien de nos économies, pour retrouver le plein emploi.

A l’inverse, les « déclinologues » plaident pour un arrêt de cette course à la croissance. Pierre Rabhi, dénonce le concept même de croissance parce que nous épuisons la planète.

Et une 3ème voix se fait entendre : c’est le type de croissance après lequel nous courrons qui est à changer mais pas la croissance elle-même.

Ca change tout ! Et si les nouveaux moteurs de cette croissance tant recherchée étaient dans le développement durable ? La réconciliation entre entreprise et humanisme est-elle en vue ?

Nouveau Paradigme ?

Après la seconde guerre mondiale, l’Europe s’est reconstruite. Pendant les fameuses « Trente Glorieuses » les taux de croissance étaient énormes. Les producteurs produisaient et vendaient, les parts de marché se gagnaient facilement. Et tout le marché a été ré-équipé, l’Europe reconstruite est redevenue riche… Mais le marché qu’elle représente a changé de nature : d’un marché d’équipement, il est devenu un marché de renouvellement. Moins de facilités pour vendre, des clients plus exigeants sur la qualité et les prix.

Alors on a automatisé, les services marketing se sont développés et on les a écouté ces clients chéris : faire toujours mieux et moins cher. Les pays émergents sont venus à notre secours pour produire et nous vendre leur produits à bas coût. Mais nos marchés n’ont pas grandi. Au mieux nous vivons sur la croissance de ces pays qui sont nos usines.

Mais toute notre industrie, notre secteur marchand est sous tension. Les risques psychosociaux (burn out, harcèlement, stress) n’ont jamais été aussi élevés parce que les contraintes des entreprises sont de plus en plus élevées. Et on constate année après année que la croissance ne revient pas. le modèle « capitaliste » est remis en cause mais on ne sait quel modèle lui substituer.

En parallèle, la pensée écologiste a pris son essor : le monde industriel épuise la planète. En 200 ans d’ère industrielle, on a injecté plus de CO2 que jamais dans l’histoire de l’humanité. Nous gaspillons ressources et énergie mais déjà nous travaillons sur des produits plus propres, des technologies moins énergivores. Et on redécouvre que l’humain fait partie de ce système.

Georges Ugeux, ancien N°2 de Wall Street, est cette 3ème voix que j’évoquais en début de ce post. Cet économiste dénonce notre modèle de croissance fondée sur la reconstruction de l’après-guerre. « [Cette croissance] n’a plus forcément de raison d’être dans nos économies » et « nous ne sommes pas dans une situation de crise ». Nos difficultés sont donc structurelles et plus conjoncturelles selon lui.

En faisant le lien avec le développement durable, les technologies qui lui sont associées mais aussi les formes de gouvernance, les modes managériaux, les organisations associées, on comprend que des voies existent déjà que certains ont commencé à emprunter

Qualité des produits et organisation font la différence

Le triptyque de l’innovation donne les premières indications :

Si l’innovation technique, c’est à dire le produit qui est mis sur le marché, est l’objectif, il est produit par des équipes composées de personnes. Dès lors, le lien avec l’organisation (comment s’y prendre pour que l’équipe produise mieux ?) et chacune des personnes (quelles conditions pour que chacun participe favorablement ?) apparait clairement. Les livres sur le management Google le démontrent à longueur de pages

C’est Antoine Riboud qui a dit : « on ne motive pas les hommes avec des discours mais en répondant à leurs aspirations profondes »

Repenser l’organisation et libérer les esprits, faire retrouver des marges de manoeuvre à l’équipe pour retrouver de l’initiative.

Pouvoir compter sur elle en répondant à ses aspirations : respect de son intelligence, initiative, autonomie, respect des individus, de leur travail et de leurs compétences, responsabilité individuelle et solidaire… Tout cela se construit, s’organise.

C’est l’équipe qui est le prochain gisement de productivité et c’est possible avec leur accord enthousiaste parce que c’est aussi leur intérêt

L’imagination au pouvoir ! Voici les nouveaux modèles

C’était le sujet d’un billet précédent ici : la présence des femmes augmente la performance financière des entreprises. Mais qu’amènent-elles sinon une autre manière de penser, un autre regard sur les mêmes sujets et d’autres solutions que celles qui marchent depuis si longtemps ?

D’autres billets seront écrits ici bientôt : « Casino forme ses cadres au management bienveillant. Un investissement de taille qui vise le bien-être des collaborateurs pour une meilleure performance », « Responsabilité Sociale des Entreprises et compétitivité. Evaluation et approche stratégique » l’étude montre des résultats de 13% supérieurs par rapport aux autres qui s’en désintéressent.

Pour rester sur la RSE, parlons de la « Stakeholder theory », opposée à la « Shareholder theory », qui fait aussi l’objet d’un billet « Théorie des parties prenantes – synthèse et avenir » : c’est du respect pour les clients, les fournisseurs, les actionnaires, les collectivités locales et les états, les Dirigeants. Au delà du respect, c’est la prise en compte de leurs intérêts respectifs, c’est « répondre à leurs aspirations profondes » pour reprendre Antoine Ribaud une nouvelle fois et donc durer parce que les bases sont les bonnes.

Les organisations de demain sont à concevoir dès aujourd’hui sur ces bases.

Que de pistes à prendre au delà du greenwashing ! De nouveaux modèles existent que certains mettent déjà en oeuvre : à vous de jouer !

Retranscription de l’entretien avec Georges Ugeux dans son intégralité.

Ces propos ont été tenus dans l’émission du 3 mars 2106 « Un jour dans le monde » de Nicolas Demorand sur France Inter. Georges Ugeux répondait au journaliste sur la situation économique de l’Europe.

Ames sensibles s’abstenir…

ND : C’est une première depuis 40 ans, les Etats Unis détrônent la France à la place de premier partenaire de l’Allemagne. Réaction immédiate du gouvernement Français : il n’y a aucun point de bascule, juste l’effet d’un Euro particulièrement faible. Vu d’ailleurs, c’est à dire d’Allemagne ou des Etats Unis, les choses sont appréciées différemment. L’économie Américaine a retrouvé une véritable vigueur qui explique cette montée en puissance au cœur même de l’Europe.

Je suis très heureux de vous recevoir Georges Ugeux ! Bonsoir ! Merci d’être au micro de France Inter ! Vous fûtes jadis le N°2 de Wall Street, la bourse de New York, vous tenez un blog sur le site du Monde et multipliez les activités dans ce monde de l’économie et de la finance.

C’est un petit point de conjoncture ce que je viens de décrire aujourd’hui ou un moment qui dit beaucoup de la puissance Américaine et de la faiblesse relative de la France ?

GU : je vais vous donner un chiffre. La dernière fois que j’ai vérifié le surplus de l’Europe en dehors de l’Europe était de 250 milliards. Le surplus de l’Allemagne était de 220. Ca veut donc dire qu’il restait que 30 Milliards pour tout le reste, que la Grande Bretagne qui n’a pas l’Euro était en déficit, que la Suède était en déficit, que l’Allemagne était dans une situation concurrentielle. Je crois que nous devons regarder les choses en face : il y a un problème de compétitivité de l’industrie Française. Mais puisque nous sommes sur l’Allemagne, je me demande à quoi va ressembler l’Allemagne parce qu’il y a des bruits qui courent à New York, qu’Angela Merkel deviendrait le nouveau secrétaire général des Nations Unies et c’est plus qu’un bruit. Et si c’était le cas, ça serait en septembre. L’Allemagne sans Merkel, l’Europe sans Merkel, c’est une perspective intéressante, non ?

ND : Ah bon ? Mais vous avez de bonnes sources Georges Ugeux ?

GU : Entre autres le Financial Times mais entre autres aussi quelques sources aux Nations Unies. C’est une rumeur qui circule depuis un bout de temps. Ca aurait du sens puisque dans un an Angela Merkel ne se représentera pas aux élections, partir un an plus tôt n’est pas un drame. Par contre Angela Merkel comme patron des Nations Unies, ça c’est une très bonne nouvelle.

ND : Alors revenons à l’économie. L’Euro trop faible est sensé nous aider économiquement, la France dit que c’est parce que l’Euro est faible que les Etats Unis nous passent devant, L’Euro trop fort était sans cesse critiqué. Expliquez-moi parce qu’il y a un point qui m’échappe là. C’est quoi le problème ? La faiblesse de l’Euro est mauvaise pour notre économie ou elle est bonne ? Expliquez-moi.

GU : Si L’Euro est faible, le prix de ce que nous vendons en Euros traduit en Yens ou en Dollars est évidemment plus bas. La question est de savoir ce qui est sensible au prix par rapport à d’autres éléments, la capacité de distribution, la qualité de productions, etc. C’est là que le problème se trouve. Le changement de la devise ne suffira jamais à rendre une devise compétitive.

ND : Alors restons en Europe, Georges Ugeux. Les prix repartent à la baisse en Europe. Ca n’est pas une bonne nouvelle pourquoi ?

GU : Ca n’est pas une bonne nouvelle parce que c’est la confirmation que toute la politique que vient de mener la politique la Banque Centrale Européenne a, en fait, fait beaucoup de dégâts. Les taux d’intérêt négatifs, le fait que l’épargne n’a plus ou se trouver un rendement quel qu’il soit, n’ont pas créé de l’emploi, n’ont pas créé de crédit bancaire et n’ont pas eu d’effet. Donc, on est dans une situation où effectivement un certain nombre d’actifs pourraient baisser de valeur. Je crois que la Banque Centrale Européenne a cru qu’en baissant les taux elle allait faire monter les prix. Elle a échoué. Je crois que le modèle économique Européen est un modèle qui fonctionne sur des catégories mentales économiques qui ne sont plus tout à fait d’actualité.

ND : Et pourtant la Banque Centrale Européenne avait dit qu’elle serait d’une inventivité folle et infinie pour trouver tous les moyens possibles, y compris les moins conventionnels, pour lutter contre la crise. Donc, en dépit de ces efforts-là elle reste, d’après vous, avec des schémas de pensée trop anciens ?

GU : Oui et c’est extrêmement frappant. Dans le fameux « quantitative easing » qui est le programme… Il faut imaginer que la Banque Centrale Européenne achète tous les mois 65 Milliards de titres d’états Européens, les sort du marché, rajoute des liquidités, fait baisser les taux. Alors qu’aujourd’hui pour pouvoir, par exemple, trouver les titres Allemands dont elle a besoin pour faire le quota Allemand, elle doit aller les chercher en Chine, aux Etats Unis, parce qu’en Europe, personne les vend. Je crois qu’il est indispensable que la Banque Centrale Européenne prenne une politique qui aille dans l’autre sens. Elle a démontré que celle qu’elle a suivie contre le risque d’inflation est en train de maintenir le risque d’inflation. Il faut donc cesser d’arroser l’économie de liquidités, il faut laisser progressivement les marchés trouver un équilibre et le risque d’une rémunération.

ND : Le spectre d’un scénario à la Japonaise, c’est quasiment devenu une expression qu’on pourrait mettre entre guillemets se profile-t-il en France ? Dites-nous déjà ce que c’est que ce « scénario à la japonaise » et quelles sont les hypothèses pour qu’il se déploie chez nous et en Europe ensuite.

GU : Après un boom colossal de l’économie Japonaise dans lequel vous vous souviendrez certainement qu’il n’y avait que des entreprises Japonaises qui étaient bien gérées, elles avaient trouvé un système, etc. nous avons connu 20 ans de stagnation. Et donc, la question que pose cette hypothèse c’est la question de la croissance. Et j’ai envie de dire quelque chose d’un peu plus large que de savoir si la France va ou ne va pas avoir de croissance. Je crois que la croissance doit être complètement révisée parce qu’elle n’a pas forcément de raison d’être dans nos économies.

ND : Expliquez…

GU : nous avons construit un modèle économique sur la reconstruction d’après guerre. Je sais que ça a l’air très vieux, mais nous sommes arrivés à une saturation. Aujourd’hui la croissance des entreprises Françaises et autres se fait en Chine, se fait en Inde, se fait dans les pays de l’est. Les pays de l’est ont une croissance de 5%, la Chine aura 6,5%, l’Inde aura 7,5% donc nous ne sommes pas dans un système mondialement stable mais, par contre, il est exact que nous ne sommes pas dans une situation de crise. J’essaie de le dire pourquoi ? Parce qu’une situation de crise c’est un mauvais moment à passer. Nous ne sommes pas dans un mauvais moment à passer, nous sommes dans une économie qui a déjà pris la croissance intérieure. Il y a des raisons pour cela mais c’est ce problème-là que nous devons gérer et surtout ne pas essayer de raconter à nos chers concitoyens que demain on aura de l’emploi et que le Président se représentera si l’emploi est meilleur et qu’on aura de la croissance etc, etc. On est  sur un modèle dans lequel on atteint un plateau et par rapport à ce plateau il va falloir repenser nos méthodes.

ND : Et comment ça se repense précisément, Georges Ugeux, parce qu’il y a, j’imagine, autant d’hypothèses qu’il y a d’économistes.

GU : Oui, j’essaie de ne pas mettre dans une structure théorique. L’emploi qui est quand même un élément essentiel est un problème que l’on n’a pas géré. Mais depuis quand c’est une affaire de gouvernement ? Depuis quand c’est les gouvernements qui créent de l’emploi ? Depuis quand on fait baisser les taux d’intérêt pour créer de l’emploi ? Aux Etats Unis on a fait monter les taux d’intérêt et le chômage baisse. En Europe, on fait baisser les taux d’intérêt et le chômage augmente. Nos vieilles théories économiques ne marchent plus. Le véritable problème de l’emploi c’est de savoir si, effectivement, c’est dans nos frontières que nos entreprises trouvent des opportunités d’investissement ou bien si elles créent de l’emploi en dehors de nos frontières. C’est un premier élément. Le 2ème élément, qui est à mon avis un des plus dangereux sur le long terme, c’est la longévité. Nous n’avons pas les moyens de payer les pensions de gens qui vivent jusqu’à 90 ans. Le modèle économique n’a jamais fonctionné par rapport à ça. On a imaginé 5 à 10 ans quand on l’a créé. Donc, nous devons aller nous poser les questions sur le chômage, sur l’emploi, sur d’où vient la croissance et le problème fondamental que dans une structure où vous n’avez pas de croissance, les pauvres deviennent plus pauvres et les riches deviennent plus riches.

ND : C’est ce qui se passe peu ou prou aux Etats Unis, Georges Ugeux, où il y a pourtant de la croissance mais j’imagine que vous suivez de près les primaires Américaines. Il y a une vaste partie de la population Américaine a qui on dit la crise est terminée, il y a des richesses qui sont produites mais qui ne les voit pas.

GU : Exact ! Et je dirais qu’il y a 2 choses là-dedans. La 1ère chose c’est que le problème n’est plus l’emploi. Nous avons pour le moment des difficultés à engager des gens qualifiés, certainement, et même des gens non qualifiés puisque nous sommes à 5% de chômage qui est à peu près structurel. Donc, ça n’est pas un problème d’emploi c’est un problème de structure de répartition entre travail et le capital. Et dans une structure ou vous n’avez pas une évolution dramatique du travail, vous vous trouvez vraiment en difficulté et vous voyez la richesse augmenter. On ne prête qu’aux riches et donc nous avons maintenant un phénomène qui existe aux Etats Unis mais qui existe aussi en Europe et qui lui, si nous n’y prêtons pas attention, notamment au niveau des pensionnés et des choses comme ça, va nous créer des situations potentiellement révolutionnaires, si j’ose utiliser ce terme, parce que ça deviendra intenable.

ND : c’est intenable qu’il y ait appauvrissement et enrichissement et au milieu paupérisation ? Nos pays ne peuvent plus tenir sur ces modèles-là ?

GU : Exact ! Et la question que malheureusement nos autorités n’osent pas poser est : « avons-nous encore aujourd’hui la capacité de donner un emploi à tous les Français ? »  Oui ou non ? Quand on a des millions de chômeurs depuis 10 ans, il est vraisemblable  que nous ayons à nous poser la question de savoir pourquoi est-ce non chez nous alors que sur les 17 pays d’Europe, il y a 4 pays, dont la France, où le chômage augmente et les 13 autres où le chômage diminue.

ND : Et votre réponse à tout cela Georges Ugeux ?

GU : Je crois que le gouvernement a entamé un effort colossal dans la loi sur le travail. Je ne vais pas rentrer dans la politique Française que je connais mal, ce que je veux simplement dire c’est qu’il y a un certain nombre de rigidités qu’on va faire lever dans cette loi et je crois qu’il est très important qu’il y ait une ouverture. Je vous écoutais avant cette émission, je crois malheureusement, et, bien entendu, je vais me faire accuser de tous les noms d’oiseaux, la sclérose dans la société Française est dans les syndicats.

ND : parce qu’ils ne sont pas représentatifs, trop faibles ? Trop divisés ?

GU : Non. Parce qu’il refusent de lâcher, de repenser le problème de tous les avantages sociaux d’une manière qui puisse tenir. Alors bon, ils vont gagner un an parce qu’ils vont faire une manifestation. Mais le problème n’est pas résolu. Le problème s’accroit. Il y a à repenser et les méthodes et les perspectives et, surtout, quel est l’objectif des syndicats, qui sont absolument essentiels, mais qui livrent la bataille des années 80 ?

ND : … … … Je laisse le silence s’installer parce que j’attends la réponse à la question que vous venez de poser. Quel l’objectif d’après vous ? C’est de maintenir ce qu’on peut encore maintenir et qui a été acquis de haute lutte à une autre époque ?

GU : Je crois que la question fondamentale de savoir si nos économies sont capables de fournir de l’emploi à nos concitoyens est une question qui doit être mise à plat. Il faut voir où c’est possible et où ça n’est pas possible, il faut réfléchir à la robotisation. Quels sont les emplois qui vont être diminués ? Nous avons des chantiers extrêmement importants et très complexes avec l’informatique qui doivent être pris en compte. Alors avoir un effort qui se fait et qui a certainement toutes les imperfections de tous les efforts politiques et de dire en bloc non, simplement parce qu’on a envie de dire non. Tout comme on a envie de dire non au fait que les gens travaillent 2 ans de plus, ce qui est acquis en Allemagne et dans d’autres pays. Vous savez les étudiants sont allés en grève pour qu’on augmente pas l’âge de la retraite et j’ai écrit un blog à ce moment là pour leur dire, vous de toutes façons vous n’aurez pas de pension parce qu’il n’y aura plus d’argent dans la caisse. Nous n’avons pas géré le problème des pensions, nous ne savons pas quoi en faire. Alors si on peut se mettre autour de la table sur ces problèmes-là, on trouvera les solutions innovantes de chaque pays.

ND : J’ai une autre question qui va vous sembler très décalée par rapport aux perspectives que vous venez d’esquisser : quel est l’état du système bancaire Européen ? Est-ce qu’on le sait ? On a fait des émissions sur le sujet. Des économistes nous ont dit, les yeux dans les yeux, quelle que soit leur couleur théorique, Incapable de savoir dans quel état sont les banques en Europe. On ne le sait pas ?

GU : Alors, on sait parce que c’est le Fond Monétaire qui l’a dit, que les banques ont 900 milliards de dollars de mauvais crédits. On sait que dans ces 900 milliards, 234 sont en Italie et on sait que les Italiens n’ont rien fait pour amortir leur mauvaise dette. Par rapport à cela, il n’y a pas d’augmentation de capital, ça se saurait. Donc les banques sont affaiblies. Comme en plus nous vivons en Europe dans un système dans lequel une bonne partie de l’endettement d’état se retrouve dans le bilan des banques, la force de ces 2 éléments, c’est à dire des mauvais crédits et du fait qu’un jour ou l’autre les taux des emprunts d’état vont augmenter, ca veut dire que leur valeur va baisser. On a une vulnérabilité spécifique à l’Europe et qui fait que, vu de l’extérieur, on considère que le système bancaire Européen est aujourd’hui plus fragile que le système bancaire Américain.

ND : Merci Georges Ugeux…

Related Posts

  1. Repenser les systèmes de motivation ?
  2. Repenser les systèmes de motivation ?
  3. Repenser les systèmes de motivation ?
  4. Un modèle original de management
  5. Un modèle original de management